• Accueil
  • > Archives pour février 2018
( 25 février, 2018 )

66 – PYRÉNÉES ORIENTALES

( 25 février, 2018 )

PRESENTATION DU BLOG

Chers amis qui aimez le petit patrimoine et les sites insolites que peu de touristes visitent, ce blog est le vôtre car il parle des sites touristiques si modestes que presque personnes ne les connaît. Ce peut être des monuments vernaculaires, des églises de village, ou même des petits restaurants, presque totalement ignorés du touristes et  qui servent une cuisine sans prétention mais digne de la grande gastronomie. Si au cours de vos voyages en France, vous avez un coup de cœur  pour ce petit patrimoine que peu de personnes ne visite, souvent par manque d’informations, n’hésitez pas à les faire connaître, en envoyant un  commentaire agrémenté de photos, si possible, a mon adresse mail: polair24@hotmail .fr . Afin de les classer, n’oubliez pas de mentionner le département et la commune où se trouve le site.

Avec vous, nous pourrons faire connaître ces petits villages insolites ,  oubliés qui ont beaucoup de choses à nous dire.

MERCI DE VOTRE COLLABORATION !

Paul R.

Voici mes coordonnées:

RICHARD Paul

émail: polair24@hotmail.fr

( 25 février, 2018 )

41 – LOIR ET CHER

MONTOIRE SUR LE LOIR

La gare des deux rencontres (posté par Paul R)

En arrivant dans  la petite ville de Montoire, si vous demandez où elle se trouve, on commence par vous regarder de travers quand vous avez votre information si vous demandez s’il y a quelque choses à voir on vous répondra qu’il n’ y a pas grand chose, comme si on voulait oublier  ce qui s’y est passé en octobre 1940.  C’est bien ici que le 22 octobre 1940 la première rencontre entre Laval et Hitler eu lieu et deux jours plus tard le 24 octobre, celle entre Pétain  et Hitler. C’est ici aussi dans cette petite gare choisie à cause de sa proximité avec un tunnel , pouvant abriter  » Erika », le train de führer en cas d’attaque aérienne des alliés, que pour la première fois, le mot « collaboration », a été prononcé. La gare est maintenant désaffectée et à l’intérieur, on y a fait un musée rappelant que ce petit village, avait les yeux du monde entier tournés vers lui durant ces deux jours. Les rails n’y sont plus mais une certaine émotion se dégage de ce lieu hautement historique. Si vous passez par là, Montoire mérite le détours.

p1100625.jpg

Carte indiquant la gare de Montoire

garedemontoireen1940.jpg

Gare de Montoire  en 1940 (affiche en façade de la gare)

dscn5706.jpg

Gare de Montoire Aujourd’hui

rencontredemontoire.jpg

Déploiement de SS lors des rencontres de Montoire (affiche en façade de la gare)

rencontreaveclaval.jpg

22 Octobre 1940 arrivée de Laval à Montoire(affiche en façade de la gare)

rencontreavecptain.jpg

24 octobre 1940 La fameuse poignée de main entre Pétain Hitler (affiche en façade de la gare)

 

TRÔO

 Trôo c’est Trop !

Lorsqu’on m’a dit, nous allons visiter Trou, je me suis demandé ce que cela pouvait bien cacher.  Eh bien, je n’ai pas été déçu de la visite. Tout d’abord, j’ai appris que l’on ne disait pas « trou » mais  » tro »et nous avions devant nous un joli petit village étagé sur la falaise. En fait, il y ‘a trois villages celui du bas, au bord du Loir, renferme le gros des commerces, l’ administration municipale et une petite grotte pétrifiante ( derrière le syndicat d’initiative). le long de la falaise , le deuxième village, est formé de petites ruelles, taillées dans la pierre, qui sont bordées d’habitations troglodytiques et sur le haut, se trouvent la collégiale qui date du 11ème siècle , les ruines du château qui lui sont contemporaines et une maladrerie du 12ème siècle. Ce petit village, possède un curieux petit monument, le puits qui parle, c’est un puits construit de telle façon que lorsqu’on parle, même si on chuchote dans son ouverture il vous restitue presque mot à mot les paroles qui ont été prononcées. Trôo, c’est vraiment trop……

site du village:troo.fr

troo.jpg

 Trô mais pas trou (pancarte à l’entrée du village)

grotteptrifiante.jpg

 Lumière bleue dans la grotte pétrifiante

dscn5668.jpg

Stèle en voie de pétrification

dscn5697.jpg

 Le puits qui parle

dscn5699.jpg

Schéma de construction du puits

( 24 février, 2018 )

24 – DORDOGNE

PAUSSAC ET SAINT VIVIEN (posté par Paul R)
Le Vieux Breuil, un village oublié

Le village du Vieux Breuil, situé sur la commune de Paussac et  Saint Vivien est un lieu qui a été habité par des carriers. A quel époque? Combien de temps fut-il habité? il n’a pas encore été trouvé de réponses à ces questions dans les différentes archives. Malgré cela, c’est un hameau, qui est actuellement abandonné, mais, qui vaut une visite. Ce village témoigne que l’activité des carrières,  situées non loin de là, était très florissante, car il est d’une certaine conséquence.  Depuis une quinzaine d’années, la municipalité de Paussac et Saint Vivien a bien fait remonter une maison de carrier, ce qui donne une idée de ce que pouvait être la vie à l’époque où ce village vivait, mais le travail est trop important et, il serait très bénéfique qu’un mécène ou une association, s’y intéressent, car enfin, un témoignage de la vie laborieuse de ces pauvres gens, mériterait, qu’a notre époque, on découvre notre passé, aussi humble  soit-il, car il est fait partie de notre histoire. Si vous passer par là, allez voir le Vieux Breuil il le vaut bien.

La Commune de Paussac et Saint Vivien, recèle d’autres curiosités qui font parties du petit patrimoine, pour en savoir plus, cliquez ici

photos212.jpg

Signalisation du village
photos214.jpg

Bâtiment, ressemblant à une chapelle

photos218.jpg

Maison de carrier restaurée
photos220.jpg

Façade de la maison restaurée

 

 

MAUZENS ET MIREMONT

Le Verrou de la Vallée (posté par Paul R. )

Perché sur la falaise, a l’à-pic des restes du village de Miremont, très prospère avant la révolution, les vestiges du château, montent encore la garde, comme si, malgré toutes les vicissitudes, ils ne voulaient pas se rendre.Construit au 12ème siècle, par le sieur Bouville, seigneur de la châtellenie de Limeuil et Miremont, il était originaire de l’Agenais. le château a appartenu ensuite à de grandes familles tel les Galard de Béarn, les Aubusson et les d’Harcourt. Il fut habité jusqu’en 1750 par Françoise  Chapt de Rastignac épouse de Jacques II d’Aubusson.A la révolution, commence le début de sa ruine, confisqué à son propriétaire, il est vendu comme bien national, puis il sert de carrière.Les propriétaires suivants l’on laissé se dégrader malgré quelques travaux de modernisation ou de sauvegarde. Au début des années 2000, il est racheté par des passionnés, qui entreprennent  la mise en valeur de ce patrimoine délaissé par tout le monde. Ils créent une association, la C.H.A.M.    ( Culture, Histoire et Archéologie de la châtellenie de Miremont), qui va les aider, par son action, a réhabiliter ce vieux monument. Malheureusement, pour des raisons de sécurités, le château ne se visite que lors des journées du patrimoine mais l’association organise des chantiers de bénévoles où toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. Pour plus de renseignements, se connecter sur le site:château-miremont.org

dscn6819.jpg

Le château de Miremont

dscf0012.jpg

Le donjon

dscf0002.jpg

Le donjon vue de la terrasse

 

 

|